antithèse


antithèse

antithèse [ ɑ̃titɛz ] n. f.
• v. 1550; gr. antithesis
1Opposition de deux pensées, de deux expressions que l'on rapproche dans le discours pour en faire mieux ressortir le contraste. « Il y a antithèse lorsqu'on choisit les tours qui rendent l'opposition plus sensible » (Condillac).
Philos. Chez Kant, Proposition radicalement opposée à la thèse et constituant avec elle une antinomie; dans la dialectique hégélienne, Seconde démarche de l'esprit, niant ce qu'il avait affirmé dans la thèse. Thèse, antithèse et synthèse.
2(XIXe) Fig. Chose ou personne entièrement opposée à une autre; contraste entre deux aspects. contraire, inverse. Être l'antithèse de qqn, de qqch.
⊗ CONTR. Thèse.

antithèse nom féminin (grec antithesis) Procédé stylistique qui consiste à opposer, dans la même phrase, deux mots ou groupes de mots de sens contraire afin de mettre une idée en relief par un effet de contraste. Personne ou chose nettement opposée à une autre : Il est l'antithèse de sa sœur. Idée, proposition qui forme le second terme d'une antinomie (philosophies rationalistes du type kantien) ou d'une contradiction de type dialectique (philosophies hégélienne et marxiste). [La thèse est le premier terme, l'antithèse la négation de ce premier terme, la synthèse l'idée supérieure dans laquelle se concilient la thèse et l'antithèse.] ● antithèse (synonymes) nom féminin (grec antithesis) Personne ou chose nettement opposée à une autre
Synonymes :

antithèse
n. f.
d1./d Rapprochement de deux termes opposés (souvent abstraits), afin de les mettre en valeur l'un par l'autre.
d2./d Chose, idée opposée à une autre. L'anarchie est l'antithèse de la dictature.
d3./d PHILO Deuxième temps du raisonnement dialectique, opposé à la thèse et dépassé avec elle dans la synthèse, qui résout l'antinomie.

⇒ANTITHÈSE, subst. fém.
A.— RHÉT. Figure par laquelle on rapproche en les opposant deux mots, deux expressions, deux idées contraires, pour leur donner plus de relief. Antithèse de mots, d'expressions, de pensées :
1. L'abbé Delille me disait : « J'aime l'antithèse, on me l'a reproché. » Il y a, lui dis-je, deux genres d'antithèses. L'antithèse des choses et c'est le rapprochement; et l'antithèse des mots. Le rapprochement est dans les choses, l'antithèse dans les mots.
CHÊNEDOLLÉ, Journal, 1808, p. 35.
SYNT. Antithèse banale, frappante, surprenante; rechercher l'antithèse, faire des antithèses.
P. ext., appliqué au domaine mus. ou pictural :
2. La deuxième et dernière pièce de la [12e] sonate consiste (...) en une intéressante antithèse entre un thème grave et un allegretto pastoral.
V. D'INDY, Cours de compos. musicale, t. 2, 1897-1900, p. 229.
3. Dans les dessins de Hugo comme dans ses poèmes règne la même poétique de l'antithèse et du clair-obscur.
L. RÉAU, L'Art romantique, 1930, p. 144.
P. méton., lang. cour. Personne ou chose qui contraste avec une autre. Être l'antithèse de qqn, de qqc. Synon. opposition :
4. Gourmand, j'ai été sobre; aimant et la marche et les voyages maritimes, désirant visiter plusieurs pays, trouvant encore du plaisir à faire, comme un enfant, ricocher des cailloux sur l'eau, je suis resté constamment assis, une plume à la main (...) Enfin ma vie a été une cruelle antithèse, un perpétuel mensonge.
BALZAC, La Peau de chagrin, 1831, p. 104.
5. Turquoise avait compris que le seul moyen de dompter, de dominer, de garrotter cet homme habitué à vivre avec sa femme, une créature distinguée, charmante, pleine d'une noble et chaste pudeur, était de devenir l'antithèse vivante de cette femme. Turquoise avait raison. Le secret des faiblesses du cœur humain est tout entier dans les contrastes.
PONSON DU TERRAIL, Rocambole, t. 2, Le Club des valets de cœur, 1859, p. 340.
Par antithèse. Par opposition :
6. « (...) j'oublie, paysan parvenu, que l'initiale raison du château fut de me révéler par antithèse la chaumière. » (Saint-Pol Roux, Les Féeries intérieures, 1907).
BACHELARD, La Poétique de l'espace, 1957, p. 71.
B.— PHILOS. Deuxième moment d'une démarche dialectique faisant suite au premier appelé thèse (et, chez Hegel, préparant le troisième appelé synthèse) :
7. Ce passage de la thèse à l'antithèse, ce renversement du pour au contre qui est le procédé constant de l'intellectualisme laissent subsister sans changement le point de départ de l'analyse...
MERLEAU-PONTY, Phénoménologie de la perception, 1945, p. 49.
8. Pour Hegel, le monde ne progresse pas par simple transformation d'un donné immuable, il y a véritablement création de nouveau, croissance. L'existence d'un donné (la thèse) appelle l'affirmation de son contraire (l'antithèse) et de la lutte entre thèse et antithèse sort la synthèse.
G. VEDEL, Manuel élémentaire de dr. constitutionnel, 1949, p. 203.
Rem. Chez Kant, thèse et antithèse forment les deux termes d'une antinomie (cf. COURNOT, Essai sur les fondements de nos connaissances, 1851, p. 227).
P. ext., dans le domaine artistique (mus., peint.) :
9. Engel transporte au sein de la gamme les oppositions célèbres : thèse, antithèse, synthèse.
Ch. LALO, Esquisse d'une esthétique musicale sc., 1908, p. 164.
10. ... le peintre, qu'il soit l'interprète de sa pensée ou de celle de son groupe, croit projeter sa propre « thèse » dans son tableau; mais dès qu'elle s'est séparée de lui et qu'elle s'est fixée dans une apparence immobile, il la ressent comme une « antithèse ». Il lui faut alors trouver un accord, une « synthèse », entre ce qu'il est, ce qu'il croit être, et la révélation imprévue apportée par l'œuvre, de ce qu'il y a mis sans le savoir, de ce qu'il ignorait de lui-même et avec quoi soudain il se confronte.
HUYGHE, Dialogue avec le visible, 1955, p. 383.
PRONONC. :[]. PASSY 1914 note une durée mi-longue pour la 1re syllabe du mot (cf. aussi FÉR. 1768 et FÉR. Crit. t. 1 1787 qui précisent que la 1re syllabe est longue; cf. aussi FÉL. 1851). Enq. ://.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. Av. 1550 rhét. « contraste naissant du rapprochement de deux idées ou deux expressions qui s'opposent » (P. DORÉ, L'adresse de l'esgaré pecheur, 43b d'apr. Vaganay ds Fr. mod., t. 5, 1970 [sans attest.]); av. 1564 (CALVIN, Comm. s. l'harm. evang., p. 642 ds GDF. Compl. : Mais afin que ce passage soit bien entendu, il nous faut entendre l'antithese qui est entre les semailles et la moisson); 2. 1704 gramm. (Trév. : Antithese est aussi une figure de Grammaire, par laquelle on change une lettre pour en substituer une autre : comme quand on dit olli pour illi); 3. mil. XVIIIe s. sens gén. « opposition » (Le Père DANIEL ds FÉR. Crit. : antithèse de la doctrine des Thomistes et de celle de St Thomas).
Empr. au gr. « opposition » (PLATON, Soph., 257e ds BAILLY), « opposition d'idées en rhét. » (ARISTOTE, Rhet., 3, 9, 9, ibid.), « permutation de lettres » (HÉRODIEN, p. 39, 24, ibid.); au sens philos. cf. emploi comme terme de logique « opposition de proposition » (ARISTOTE, Interpr., 10, 3, ibid.); empr. par le lat. antithesis, au sens gén. « opposition » (TERTULLIEN, Adv. Marc., 1, 19 et 4, 1 ds TLL s.v., 187, 63 et 65) et en gramm. (CHERISIUS, Gramm., I, 279, 16, ibid., 187, 57).
STAT. — Fréq. abs. littér. :223. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 333, b) 373; XXe s. : a) 233, b) 323.
BBG. — BACH.-DEZ. 1882. — BOUILLET 1859. — DAGN. 1965. — DEM. 1802. — DUP. 1961. — GALL. 1955, p. 34, 161, 480, 529. — GOBLOT 1920. — Gramm. t. 1 1789. — LAL. 1968. — MAR. Lex. 1933. — MAR. Lex. 1961 [1951]. — MIQ. 1967. — MORIER 1961. — NOTER-LÉC. 1912. — SPRINGH. 1962.

antithèse [ɑ̃titɛz] n. f.
ÉTYM. Av. 1550 aux sens 1. et 2.; du grec antithesis, de anti, et thesis. → Thèse.
1 Rhét. Opposition de deux pensées, de deux expressions que l'on rapproche dans le discours pour en faire mieux ressortir le contraste. Contraste, opposition, paradoxisme; comparaison. || Antithèse de mots, d'expressions, de pensées. || Par antithèse : par opposition. || L'oxymoron est une antithèse lexicale.
1 Ceux qui font les antithèses en forçant les mots font comme ceux qui font de fausses fenêtres pour la symétrie : leur règle n'est pas de parler juste, mais de faire des figures justes.
Pascal, Pensées, I, 27.
2 L'antithèse est une opposition de deux vérités qui se donnent du jour l'une à l'autre.
La Bruyère, les Caractères, I, 55.
3 La plupart des grandes pensées prennent le tour de l'antithèse, soit pour marquer plus vivement les rapports de différence et d'opinion, soit pour rapprocher les extrêmes.
Marmontel, Œuvres, t. V, p. 237.
4 Il y a antithèse lorsqu'on choisit (en écrivant) les tours qui rendent l'opposition plus sensible.
Condillac, cité par Lafaye, Dict. des synonymes, Suppl., Opposition, contraste, antithèse.
5 Au lieu de mettre de l'opposition dans les mots, il faut quelquefois la laisser uniquement dans les sentiments qui se contrastent; c'est avec ce discernement qu'on fait usage des antithèses.
Condillac, l'Art d'écrire, II, 5.
6 L'antithèse de Shakespeare c'est l'antithèse universelle; toujours et partout; c'est l'ubiquité de l'antinomie (…)
Hugo, Shakespeare, p. 63.
7 (…) sans cesse l'antithèse se dresse devant mes yeux. Je n'ai jamais vu un enfant sans penser qu'il deviendrait vieillard, ni un berceau sans songer à une tombe.
Flaubert, Correspondance, t. I, p. 112.
8 La comparaison étant en elle-même une source d'oppositions, le parallèle est, par sa nature, le triomphe de l'antithèse.
Antoine Albalat, la Formation du style, XI.
2 Philos. (chez Kant). Proposition radicalement opposée à la thèse et constituant avec elle une antinomie.(Dans la dialectique hégélienne interprétée par Fichte; chez Hamelin). Seconde démarche de l'esprit, niant ce qu'il avait affirmé dans la thèse (avant de passer à la synthèse).
3 Fig. Chose ou personne radicalement opposée à une autre; contraste entre deux aspects. Contraire, inverse. || Être l'antithèse de qqn, de qqch.; c'est son antithèse.
9 Charlemagne est l'antithèse de Néron.
L. Veuillot, in P. Larousse (1866), artAntithèse.
CONTR. (Du 2.) Thèse.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ANTITHESE — Antithèse L antithèse (substantif féminin), du grec anti ( contre ) et thesis ( idée, argument ) soit antithesis : opposition , est une figure de style qui consiste en un rapprochement, à l intérieur d une structure syntaxique binaire et… …   Wikipédia en Français

  • Antithese — Antithèse L antithèse (substantif féminin), du grec anti ( contre ) et thesis ( idée, argument ) soit antithesis : opposition , est une figure de style qui consiste en un rapprochement, à l intérieur d une structure syntaxique binaire et… …   Wikipédia en Français

  • antithèse — ANTITHÈSE. s. f. Figure de Rhétorique, par laquelle l Orateur oppose dans une même période des choses contraires les unes aux autres, soit par les pensées, soit par les termes. Il est petit dans le grand, et grand dans le petit, est une antithèse …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Antithēse — (v. gr. Antithĕsis), 1) Gegensatz, Aufhebung; daher 2) (Log.), das Verhältniß, wo sich Urtheile einander aufheben; daher das Princip der A.: von entgegengesetzten Bestimmungen eines Begriffs setze nur eine u. dann hebe die andere auf; 3) (Rhet.) …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Antithēse — (griech.), Gegensatz, eine Redefigur, in der sich die Neigung des Sprechenden verrät, einen Begriff durch gleichzeitige Apperzeption eines andern ihm konträren oder korrelaten Begriffs zu erhellen. Unter den deutschen Dichtern ist Schiller am… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Antithese — Antithēse (grch.), Entgegensetzung, in der Rhetorik Gegenüberstellung zweier Urteile in paralleler Anordnung der einander entgegengesetzten Begriffe, z. B.: Im Frieden begräbt der Sohn den Vater, im Kriege der Vater den Sohn; antithētisch,… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Antithese — Antithese, der Gegensatz, der in der Rede einen vorhergehenden Satz aufhebt, seine Bedeutung vernichtet. Z. B. er ist ein eigenthümlicher Geist, aber der Geist ist nicht sein Eigenthum. Oder: Er besitzt viel Reichthum, aber sein Reichthum ist ein …   Damen Conversations Lexikon

  • antithese — Antithese. s. f. Figure de Rhetorique qui consiste dans l opposition des pensées ou des mots. Les antitheses dans cet autheur sont trop frequentes, il n y a rien de solide dans cet ouvrage, ce ne sont que des antitheses foibles & pueriles …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Antithèse — L antithèse (substantif féminin), du grec anti ( contre ) et thesis ( idée, argument ) soit antithesis : opposition , est une figure de style qui consiste en un rapprochement, à l intérieur d une structure syntaxique binaire et équilibrée,… …   Wikipédia en Français

  • Antithese — Eine Antithese (griechisch αντίθεσις antithésis ‚Gegenbehauptung, satz, Opposition‘, aus anti ‚gegen‘ und thésis ‚These‘) bezeichnet allgemein eine Gegenbehauptung zu einer Ausgangsbehauptung (der These). Dabei werden zwei Wörter, Begriffe,… …   Deutsch Wikipedia